Votre écran constitue "l'unique référence" à laquelle vous allez vous fier pour traiter vos clichés. Il est donc absolument indispensable qu'il affiche les véritables couleurs, sans dominantes ni décalages, sinon les corrections apportées ne seront que celles de l'écran et non de la photo entraînant, de fait, quelques surprises lors de l'impression.

 

Choisir le bon écran.

Avant de songer à le calibrer, il faut le choisir correctement et l'éventail est large et celui des prix l'est tout autant.

Une taille de 24 ou 27 pouces est, plus ou moins selon mon expérience personnelle, le nécessaire pour un confort de vision optimal et un pitch, c'est à dire l'espace entre chaque pixel affiché, le plus réduit possible. Vous trouverez, par exemple sur un SpectraView® Reference ( Sharp-Nec ), un pitch de 0,27 mm sur un modèle de 24 pouces et de 0,233 mm sur son équivalent en 27 pouces. En l'occurence, le choix est clair ... le 27 !

Dans l'état actuel des technologies, optez pour une dalle AH-IPS qui, entre autres qualités, autorise un angle de vision, sans distorsion de couleurs, de 178 degrés que ce soit horizontalement ou verticalement. Ne croyez pas qu'il s'agisse d'un gadget ou d'un argument commercial mais ceci vous permettra de faire admirer vos oeuvres par quelqu'un, debout à côté de vous, sans être contraint de lui laisser votre place.

Ne soyez pas à la recherche d'une luminosité digne d'un feu d'articice ou d'un contraste pulvérisant tous les records. Il s'avère que, pour une bonne adéquation entre la luminosité de votre écran et une sortie imprimante, vous ne dépasserez probablement pas les 90 à 95 candelas/mètre carré [cd/m²] et qu'un papier, correct mais "standard", ne vous offrira guère plus qu'un contraste de 300 pour 1 tandis que des supports blancs brillants barytés ( Canson® ou Hahnemühle® pour ne citer qu'eux ) pourront grimper jusqu'à 400 voire 500 pour 1, mais pour un coût à la page bien plus élevé confirmant, ainsi, le dicton populaire par lequel "on n'a rien sans rien !"

Pour conclure mais, là, c'est en franchissant l'indiscutable cap financier de l'acquisition d'un modèle dit "art graphique", recherchez celui qui se rapproche le plus possible de l'espace de couleur Adobe RGB (1998), plus de 98/99 % de celui-ci, possèdant une calibration interne ( ou calibration hard ) qui contournera les limitations liées à la LUT ( table de conversion ) de votre carte graphique.

057912
Aujourd'hui
Cette semaine
Mois en cours
Depuis mai 2021
24
131
395
57912
We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.