Si "la nuit, tous les chats sont gris", c'est également selon un gris à 18% de réflexion que nos chers appareils photos perçoivent la scène que nous leur demandons de reproduire. Certes, les mesures matricielles permettent, jusqu'à un certain point, de sauver la mise mais autant savoir comment agir afin que notre brave matou retrouve sa véritable couleur.

 

La lumière réfléchie.

Qui n'a pas, au moins une fois dans sa vie de photographe passionné, été déçu par l'aspect trop clair ou trop sombre d'une photo ? Ne me dites pas que je serais le seul, je n'y croirais pas une seconde ! Une photo, en plein soleil, sur la plage ou un champ de neige... un peu trop grise. Un cliché au sein d'une église dont l'ambiance prêterait au recueillement... bien trop claire.

L'explication de ces petites surprises est pourtant simple, et elle est intrinsèquement liée à la référence sur laquelle sont calées les cellules de nos appareils de photo, ainsi que décrit dans le paragraphe consacré à la "lumière incidente". Laissons, pour le moment, de côté les diverses mesures dites "matricielles", chez Nikon™, ou sous d'autres dénominations selon les fabricants, notre boîtier va spontanément exposer le sujet, quel qu'il soit et quelle qu'en soit la couleur, comme s'il réfléchissait 18% de la lumière qu'il reçoit, à l'image de cette référence que constitue l'incontournable charte grise de Kodak™.

Nous l'avons tous constaté, dans majorité des situations, qui correspondent à des cas que l'on pourrait qualifier de standards, cette valeur statistique procure une exposition globalement satisfaisante.

Mais alors, que se passe-t-il dans un cas "non standard", à l'image d'une scène nocturne ou bien, au contraire, en plein soleil sur de la neige ou un magnifique sable blanc polynésien ? La cellule va, bête et disciplinée, faire son travail, tel qu'on le lui a appris et déterminer une exposition idéale comme si c'était cette charte grise qui lui était soumise. Le résultat sera une scène nocturne trop claire, par rapport au souvenir que vous en aviez, ou, inversement, votre beau sable corallien ou votre neige immaculée quelque peu grisâtre.

Quelle conclusion en tirer pour vos prochains clichés ? Parfaitement logique et, sans tomber dans du "plus blanc que blanc" Coluchien, face à une scène globalement :

  • plus CLAIRE que notre "gris" référence ... SUR exposer d'un à deux diaphragmes,
  • plus SOMBRE que notre "gris" référence ... SOUS exposer d'un à deux diaphragmes.

Si ce réflexe s'imposait encore du temps de l'argentique et surtout avec les diapositives dont la tolérance à une sur ou sous exposition était très faible, le numérique lui, en travaillant en mode "RAW", permet de rattraper brillamment certaines erreurs, mais autant prendre l'habitude être dans les clous, ou presque, dès la prise de vue même si les diverses mesures matricielles et de reconnaissance de scène repoussent, d'un cran, le risque d'une mauvaise exposition.

Néanmoins, s'agissant d'automatismes et d'algorithmes peu détaillés par les fabricants et, ce, pour des raisons que l'on peut tout à fait comprendre, il est bon de garder présent à l'esprit que "face à des événements que l'on ne maîtrise pas, il faut feindre d'en être les instigateurs" et donc ne pas totalement laisser la bride sur le cou à votre précieux boîtier.

Accessoirement, il existe une petite "appli" pour IOS qui peut rendre de très grands services en permettant de juger du résultat et de choisir, par avance et selon la zone précise visée d'un simple doigt sur l'écran du smartphone, l'exposition et de connaître la température de couleur de votre lumière, bref le spotmètre et le colorimètre à portée de toutes les bourses, sans en attendre, toutefois, les précisions respectives.

043302
Aujourd'hui
Cette semaine
Mois en cours
Depuis mai 2021
192
192
2643
43302

Réseaux sociaux

Liens amis

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.